La Guadeloupe face à la sécheresse : restrictions d’eau et solutions envisagée

Melissa Conti
Par Mélissa Conti Publié le 17 mars 2023 à 10h34
Sécheresse Restriction Eau Guadeloupe

La Guadeloupe traverse une période alarmante de sécheresse qui affecte l'ensemble de l'archipel. Pour y faire face, des mesures de restriction d'eau ont été mises en place pour une durée d'un mois, accompagnées d'autres initiatives visant à préserver les ressources en eau.

Un déficit pluviométrique depuis décembre 2022

La Guadeloupe connaît un manque de précipitations de près de 30 % depuis décembre 2022. Cette situation entraîne une diminution notable du débit des rivières en Basse-Terre et du niveau des nappes phréatiques en Grande-Terre et à Marie-Galante. Par conséquent, les agriculteurs sont confrontés à des problèmes d'irrigation, et la production d'eau potable pour les habitants est compromise.

Mesures de restriction d'eau pour un mois

Face à cette crise, la Préfecture de la Guadeloupe a instauré des mesures de restriction d'eau pour un mois, annoncées le mercredi 15 mars 2023. Ces limitations ont pour objectif de préserver les ressources en eau, en particulier pour l'approvisionnement en eau potable des habitants. Ainsi, certaines communes subissent des coupures d'eau, et les agriculteurs doivent respecter des tours d'eau pour gérer la situation.

Un million de mètres cubes d'eau pour combattre la sécheresse

La Région de la Guadeloupe a également décidé de mettre à disposition près d'un million de mètres cubes d'eau provenant d'un barrage construit et rempli depuis novembre 2021. Cette action vise à soutenir la lutte contre la sécheresse et à compenser le manque d'eau.

Un réseau d'eau potable en difficulté

Malgré les efforts déployés, le réseau d'eau potable de la Guadeloupe demeure défaillant. Environ 60 % de l'eau est perdue avant d'atteindre les robinets des ménages, selon des données récentes de l'Office de l'eau. De plus, l'eau destinée à l'agriculture est détournée pour approvisionner l'archipel en eau potable.

Lire aussi :  Tourisme 2022 : une année record en France

Le Syndicat mixte de gestion de l'eau et assainissement de la Guadeloupe (SMGEAG), déjà confronté à des difficultés financières, est souvent critiqué pour ses lacunes. Le syndicat peine de plus en plus à assurer la distribution de l'eau sur une partie du territoire, en raison du manque de précipitations suffisantes ces dernières semaines.

La sécheresse hivernale inédite en France : les préfets appelés à prendre des arrêtés de restriction d'eau

Sécheresse Guadeloupe

Le ministre de la Transition écologique, Christophe Béchu, a récemment réuni les préfets coordinateurs de bassin pour aborder la question de la sécheresse hivernale exceptionnelle en France. Il les a encouragés à prendre des arrêtés de restriction d'eau "dès maintenant" pour anticiper d'éventuelles crises durant l'été. Le ministre a insisté sur l'urgence d'agir face au manque d'eau dans les sols et a demandé aux préfets de ne pas hésiter à mettre en place des mesures restrictives.

L'été dernier, jusqu'à 700 communes ont été touchées par des problèmes d'eau potable en France. Sans actions préventives, ce nombre pourrait encore augmenter l'été prochain et impacter des zones plus étendues et des agglomérations plus importantes.

La France traverse une sécheresse exceptionnelle depuis plusieurs semaines, résultat d'une année 2022 déjà marquée par un faible taux de précipitations. Sur les 18 derniers mois, 15 ont été déficitaires en termes de pluies.

Du 21 janvier au 21 février 2023, la métropole a connu une absence de pluies significatives, avec un cumul des précipitations inférieur à 1 mm par jour pendant 32 jours consécutifs. Selon Météo-France, il s'agit de la plus longue période de sécheresse "depuis le début des mesures en 1959".

Lire aussi :  Vacances via Facebook : attention à cette arnaque, elle perd 800 euros à cause de cette offre

Régions les plus affectées par la sécheresse

Trois régions françaises, à savoir l'Occitanie, l'Auvergne-Rhône-Alpes et la région Sud, présentent un niveau d'humidité des sols correspondant à celui généralement observé fin mai. L'ensemble des départements français est en dessous de la normale en termes d'humidité des sols.

Le ministre a donc demandé aux préfets de réunir, d'ici fin mars, les comités départementaux des ressources en eau pour instaurer des arrêtés de restriction là où cela est nécessaire. Il a également souhaité la mise en place d'un "observatoire en direct des communes privées, totalement ou partiellement, d'eau potable".

Impact sur l'enneigement et la fonte des neiges

Christophe Béchu a également souligné le déficit d'enneigement qui devrait se traduire "par un manque d'eau dans nos vallées au moment de la fonte des neiges". À partir de la deuxième quinzaine d'avril, l'eau qui tombe ne recharge plus autant les nappes phréatiques.

Actuellement, quatre départements sont déjà en alerte renforcée : l'Ain, l'Isère, les Bouches-du-Rhône et les Pyrénées-Orientales. Ce nombre devrait inévitablement augmenter dans les prochaines semaines, prévient le ministre.

Melissa Conti

Je m'appelle Mélissa et je suis spécialisée dans le domaine du tourisme. J'ai plusieurs années d'expérience au sein de grands organismes internationaux, où j'ai mis en pratique mes compétences pour ...